15 December 2008

Musique gitane (tzigane) hongroise


Après Noël, pour le Nouvel An, je vais aller à Budapest avec Olivier, Sophie et Yohan. Les deux derniers n'ont jamais visité la Hongrie, donc ça sera une tache de nous à présenter, montrer la ville.

Olivier a vérifié les possibilités de concerts et trouvé un spectacle du groupe de 100 musiciens tziganes. Donc le débat est lancé, qu'est-ce que c'est musique tzigane et musique hongrois, est-ce que c'est vraiment la musique que nos amis attendent ?

En Hongrie les gens appellent "magyar nòta", ça veut dire "chanson hongroise" qui est souvent joué par le "cigànyzenekar" (orchestre gitan). Il y a deux choses à savoir :

1) la "magyar nòta" est un genre de musique comme le techno, hip hop ou blues et rien à voir avec le "magyar népdal" (ou "chanson folklorique hongroise"). Le premier style est créé à la fin de XIXème siècle, on peut dire c'est une création, le deuxième est la musique originale avec des racines plus anciennes.

2) la "magyar nòta" est un produit hongrois mais qu'elle était joué par les groupes musicaux gitans, à l'étranger les gens ont commencé à dire "musique gitane". C'est faut ! La musique gitane traditionnelle a des racines plus anciennes. 

On connaît déjà des autres erreurs des étrangers, par exemple le nom "hongrois" ou "Hongrie" qui vient du mot Hon (le peuple d'Attila). Mais les Hons n'ont aucune relation avec les hongrois, avec les Magyars. Les Hons étaient d'origine altaïque (turcophone), les Magyars sont ouraliens (finno-ougriens plus précisément) !

Une autre faute du monde occidental, c'est la goulache qui n'est pas un ragoût mais originalement une soupe. En Hongrie on appelle la soupe gulyàs (goulache) et le ragoût pörkölt !

Et maintenant j’arrête en parler, mieux les écouter !

C'est un groupe tzigane qui joue un magyar nòta mais qui n'est ni de la musique originale hongroise, ni gitane, regarder la vidéo → Ouvrir :




Mélange de la musique tzigane hongroise et de la musique balkanique, regarder la vidéo → Ouvrir :




Musique tzigane plus originale & danse tzigane (avec des éléments hongrois), regarder les vidéos → Ouvrir :





Kalyi Jag, mon groupe préféré de la musique tzigane originale, regarder les vidéos → Ouvrir :





Kalyi Jag - Rumelaj (mon préféré)!
Originalement rumelaj est une danse turque qui a été adaptée par les gitans de Roumanie.
Le texte, si vous voulez chanter :
Zetur minji maj mundra kurva men
Zetur minji maj mada mundra damere

Rume rume rumelaj hojdi hojdi hojdi
Rume rume rumelaj hojdi hojdi hojdi



Loading the player...



Bea Palya, une gitane hongroise qui fait la musique gitane en style jazz et en autres, on s'est rencontré un jour personnellement. Elle a beaucoup de concerts en Europe, notamment en France, elle est francophone aussi (et francophile), regarder la vidéo → Ouvrir :




Remix à la façon gitane d'une musique des années 60 de la Hongrie, j'adore son texte : "Quand j'était un gamin", regarder la vidéo → Ouvrir :




La musique hongroise folklorique en version moderne, regarder la vidéo → Ouvrir :




Est-ce que vous les aimiez ?

26 comments:

doreus said...

Sitôt rentré à la maison, je me plonge dans cette musique magyare!

Igor said...

...ou la plus part est gitane :) je te les offre !
...moi aussi, encore en face de l'ordi obligatoirement, en téléchargeant des nouvelles photos, je suis en train d'écrire un commentaire sous "Herr Fritz et Helga", ça te concerne aussi et le système d'éducation...
bonne soirée !

Doréus said...

3e essai de publication du commentaire... j'essaie avec mon identité Blogger...

Merci et bonne soirée à toi!

Il est 17 h 30 et le soleil est disparu à l'horizon depuis une bonne heure... La nuit tombe vite sous nos latitudes à cette époque de l'année. Au moins, il fait "plus chaud"! (-25 degrés au lieu de -30; c'est presque tropical!)

J'ai eu une étudiante hongroise/magyare lorsque j'enseignais à l'Université d'Ottawa. Elle a tenté de me faire prononcer correctement "magyar"... Je doute avoir jamais réellement réussi. Le fait que cette langue ne soit absolument pas apparentée aux autres langues occidentales (sauf le finnois) rend certaines traductions difficiles...

Et pourtant, les langues et leur histoire me fascinent.

Igor said...

Rien de particulier, la plus grande nombre d'émmigrés hongrois sont à Cleveland, Chicago, Cincinnati, Toronto (le plus hongrois) et cette région, donc certainment tu avais une élève :)

Maintenant je ne vais pas commencer parler de la langue car ça me fascine aussi et je vais faire une nuit blanche, donc je m'arrète... à demain j'espère !!! bonne nuit !

doreus said...

Bonne nuit! Maintenant, je vais dîner...

doreus said...

Fascinant. J'y reviendrai pour mieux goûter lorsque je serai moins pris par le travail... d'ici quelques jours.

Merci pour cette offrande musicale variée.

Igor said...

Coucou, vas sur mon autre blog quand tu vas avoir du temps, le 1e article parle un peu des magyares : http://proetnicum.blogspot.com/

je sais que blogger, ça prend bcp de temps, je dois faire gaffe aussi ne pas rester des heures sur les blogs...

doreus said...

Je te comprends... Je peux passer des heures à lire et à écouter à gauche et à droite.

J'ai jeté un coup d'oeil à ton article sur les magyars... j'y retournerai!

krn said...

Voilà de la musique propre à remuer le coeur, Igor.
Très original Ando Drom, Na Kamel Ma.
Je la retiens.

Igor said...

Oui, la musique... ça me prend loin ailleur, ça m'aide d'échaper de la réalité et de me remplir avec de l'énergie de bonne vibration.

En générale, les textes de la musique gitane sont très drole et sont pleine de l'ironie de la vie.

Bea Palya par exemple, elle chante d'une histoire de son rencontre avec un controlleur arabe dans un train et comment ils restent ensemble et s'installent dans une maison (car - il faut savoir - les gitanes ne s'installent pas, ils sont nomades. Sauf en Europe de l'Est - mais c'est une autre histoire).

La chanson des années '60 parle ironiquement :
"J'avais peur un peu,
Quand j'étais encore un petit gamin,
Que des hommes avec un visage suspet
Vont m'emporter."

"Pour moi c'était interdit,
Quand j'étais encore un petit gamin,
Mentir sincèrement, rigoler en prison."

"A l'époque quand j'ai admiré les adultes,
J'ai cru que ça sera bien quand moi aussi, je vais devenir un adulte..."

Et toute cette chanson est représentée avec une naïvité incroyable.

krn said...

Il y a un mythe sur la musique tzigane qui dit qu'elle est triste à mourir.
Il semble que ce soit loin d'être le cas.
Les textes parlent donc de la vie, tout simplement.

doreus said...

Merci pour les paroles, ça donne effectivement une tout autre dimension à ces chansons.

Igor said...

Krn : je pense c'est exectement le cas quand les occidentaux mélange la "musique tzigane" qui n'est pas tzigane mais "magyar nota" (hongrois). C'est vrai, les chansons hongroises sont mélancoliques, tristes, pessimistes souvant. Mais la vrai musique tzigane est vivante ou ironique.

Doreus : avec plaisire !

Bougrenette said...

p'tain ça va être bien :-) je penserais fort à vous et en attendant avec ta musique ici, j'en prends une petite part bien agréable à découvrir. et je t'embrasse fort

Igor said...

couc' la petite bougrenette qui est espéremment mieux !
j'espère que tu as bien compris, le spectacle à budapest doit être comme la 1ère musique (qui est une musique hongroise)... malheureusement on n'a pas découvert encore des spectacles avec des musiques vrai tzigane, c'est plus rare.

doreus said...

En passant, Budapest au nouvel an, ça ne doit pas être désagréable!

Igor said...

Ce qui va être bien dedans, c'est qu'on va aller avec des amis blogeurs... ce qui va être un peu désagréable, c'est voir l'état de l'état et la season. Depuis le changement du régime, le pays a totalement dégradé malgré qu'il y avait une grande espoire au début.
Les services sociaux sont disparu (on ne connaissait pas les sans abris et le chaumage, c'est vrai !), les salaires sont encore bas avec des prix parisiens, la criminalité a augmenté, la corruption n'est pas disparu (même le contraire), les extrèmes sont plus fort (les neo-nazi et nationalisme)... et quand je dis que dans l'ancien régime il y avait bcp de chose avantageux et bien, les hongrois me refusent. Je voudrais aussi écrire un billet au-dessus, manque de temps :)

Doréus said...

Bon! Les commentaires sont déverrouillés!

La situation que tu décris semble assez typique de plusieurs économies et sociétés de l'ancienne «Europe de l'Est». Comme quoi l'économie de libre-marché n'a pas que des bons côtés.

Les esprits chagrins diront que c'est parce que les habitants de ces pays n'ont pas assez l'esprit d'entreprise, réaction de capitaliste typique. L'injustice est plutôt construite dans le système capitaliste... mais ceux qui se tiennent du côté des «gagnants» aiment mieux se voir comme des gens qui ont réussi, que comme profiteurs d'un système qui les avantage.

Malheureusement, on n'arrive pas à sortir de la dichotomie héritée de la guerre froide et qui ne nous permet que de voir deux systèmes possibles.

Bon séjour tout de même!

Igor said...

coucou doreus,
je pense les gens ne voulaient pas choisir ce qu'on a maintenent. ils avaient une fausse image à partir d'une "pub" de l'oest qui a créeé une imagination/illusion dans leur tête.
ce qui est étonnant, c'est que les gens ont encore cet illusion, ils pensent qu'ici le monde occidental est parfait, c'est juste eux qui ne sont pas capable de le réaliser... quelle erreur à penser ça !

krn said...

Igor, Doréus, aucun système n'est parfait. L'important serait au moins que le monde soit humain. J'ai remarqué une chose, c'est que plus on en a dans son porte-monnaie, moins on le partage.

Ce ne sont pas les riches qui donnent, ce qont ceux qui savent ce que c'est d'être démuni.

Bonnes fêtes.

Doréus said...

Oui, KRN, et les multinationales occidentales ont rapidement compris le profit qu'elles pouvaient tirer d'une exploitation des pays qui se trouvaient auparavant de l'autre côté du «rideau de fer», un rideau qui les protégeait autant qu'il créait un système oppressif à certains égards.

Et Igor, ce que tu dis ne me surprend pas... car ces mêmes multinationales ont des moyens publicitaires à peu près illimités, qui les amènent à créer et à entretenir à la fois ce désir utopique et l'impression que la source du problème est en soi: on n'a jamais assez de biens de consommations; on ne travaille jamais assez... etc.

Ça prend beaucoup de force et d'énergie pour s'en libérer, même si ce n'est que partiellement. La crise économique actuelle génère entre autres par ici un discours imbécile: CONSOMMEZ! Alors, exit la responsabilité sociale et l'écologie... GRRR!

doreus said...

Soit Igor est déjà parti en excursion, soit il ne regarde pas son ordinateur... Mais il a mes meilleurs voeux pour de joyeuses Fêtes!

krn said...

Je pense qu'il est effectivement parti.
Qu'il en profite bien. Nous le reverrons l'année prochaine.

Igor said...

Bonsoir Krn & Doreus,

Effectivement, je suis à Budapest et je lis vos comms juste maintenant. Je profite de mes vacances de m'aloigner de l'ordi, ça fait bien quand même :)))

Vous voyez bien la situation et je suis soulagé qu'il y a des gens qui sont claire-voyants. Je ne me sens plus seul dans ce monde. Si non, ce monde est perdu...

Je vous souhaite un EXCELLENTE ANNEE pour 2009 et je suis content de vous connaître en 2008 !

PS : je rentre le 2 janvier...

krn said...

Le 2 je serai là pour moi-aussi te souhaiter le meilleur pour 2009. Maintenant, lâche ton écran et profite encore tant qu'il est temps.
:-)

doreus said...

Je soutiens ce que vient de dire KRN à propos de lâcher l'ordinateur... mais merci quand même de la petite visite. Et on attend avec impatience de tes nouvelles à ton retour! Bon séjour au pays de tes origines! Bise. Bonne année 2009!